Accueil | Association | Journal | Histoire | Généalogie | Stéphane Dervillé | Liens | Personnel

 

Communiqué de l’AFP, diffusé vendredi 26 octobre 2007

 

 

Reconstruire les Tuileries, cheval de bataille de passionnés d’histoire

 

Par Pascale Mollard-Chenebenoît

AFP – Vendredi 26 octobre 9h18

 

PARIS (AFP) – Reconstruire le Palais des Tuileries, incendié sous la Commune en 1871, demeure un cheval de bataille pour des passionnés d’histoire et d’architecture et quelques personnalités qui ont à nouveau défendu leur point de vue jeudi soir lors d’un colloque à Paris.

 

Depuis 2002, Alain Boumier, président de l’Académie du Second Empire, travaille sans relâche à convaincre élus, personnalités et représentants de l’Etat de l’opportunité de rebâtir cette ancienne résidence royale et impériale, rasée sous la Troisième République .

 

Pour tenter d’y parvenir, cet ingénieur en BTP a créé un Comité national pour la reconstruction des Tuileries, qu’il préside (www.tuileries.fr).

 

Premier pas important franchi en juin 2006, M. Boumier a obtenu du ministre de la Culture de l’époque, Renaud Donnedieu de Vabres, la création officielle d’une « commission d’études » chargée de « mener une réflexion sur la reconstruction des Tuileries ».

 

Présidée par Maurice Druon, secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie française, elle comprend huit membres dont l’écrivain Erick Orsenna, l’historien Jean Tulard, le financier Antoine Bernheim et M. Boumier.

 

« Cette commission a travaillé d’arrache-pied et a remis au printemps 2007 un rapport et une étude technique à       M. Donnedieu de Vabres », a indiqué à l’AFP M. Boumier, organisateur du colloque. Depuis, l’élection présidentielle est passée par là et le ministre de la Culture a changé.

 

« Nous sommes en train de peaufiner le dossier et de retisser nos relations avec les autorités, sans précipitation », a expliqué M. Boumier.

 

Interrogée mardi par des journalistes sur ce dossier, la ministre de la Culture Christine Albanel a répondu « Nous avons beaucoup d’urgences patrimoniales en France. Je ne crois pas du tout que la première urgence soit la reconstruction des Tuileries».

 

« Ni l’Etat ni la ville de Paris n’auraient à payer », affirme M. Boumier. Le projet, dont le coût est estimé autour de 300 millions d’euros, serait entièrement financé grâce à des mécènes et à une souscription internationale, ajoute-t-il.

 

Le Comité propose à l’Etat, propriétaire du terrain, de signer une concession du même type que celle signée pour la galerie commerciale du Louvre ou pour le parking du musée.

 

Alain Boumier a reçu récemment une lettre de soutien du directeur de la reconstruction du Château de Berlin, Wilhelm von Boddien, qui lui adresse « tous ses encouragements pour conduire à bien la tâche immense qu’il a entreprise ».

 

Construite au XVIè siècle à la demande de Catherine de Médicis, puis remaniée, l’ancienne résidence royale et impériale a été incendiée en mai 1871 par la Commune. En 1882 Jules Ferry, alors ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts, décide de faire raser les ruines en promettant de reconstruire par la suite.

 

La Palais remis en place, « l’ensemble du Louvre et des Tuileries retrouverait immédiatement son harmonie, sa majesté, sa plénitude » estime M. Boumier. « Cela mettrait fin à la déperdition que constitue ce vidé béant dans un ensemble conçu pour être une vaste enceinte d’art», ajoute-t-il.

 

www.tuileries.fr

 

Accueil | Association | Journal | Histoire | Généalogie | Stéphane Dervillé | Liens | Personnel
© 1999-2008, Association des Dervillé et apparentés-Loi 1901- J.O. "Associations" du 3 juin 2000 (n° 23 ) - C.C.P. : 0729776 U 03 - ou contactez nous à michel@derville.org