Courriers échangés pour remettre en mémoire cet homme célèbre à l'époque.


 

- à Monsieur le Président de la République .

- à Monsieur le Premier Ministre.

- à Monsieur le Maire de Paris.


Monsieur Jacques CHIRAC

Palais de l'Elysée

Monsieur Le Président de la République Française,

Avec tout le respect que je vous dois, Monsieur, Je commencerai par cette dédicace faite il y a 75 ans.

<< La presse a été unanime à dire quelle perte considérable le monde industriel, financier et commercial a faite en la personne de ce grand homme de bien qui, dans ces trois ordres de l'activité économique du pays, a occupé les situations les plus élevées et rendu les services les plus éminents.>>

C'était le 4/10/1925 lors des obsèques de Monsieur Stéphane DERVILLÉ (1848-1925).

Si je m'adresse à vous, c'est que vous êtes le suprême représentant de la France et le détenteur de la légitimité républicaine.

Je me présente, Michel Dervillé, Médecin, je me consacre à une biographie chronologique sur un homme célèbre à l'époque de 1893 - 1925, mais dont on ne trouve pas de trace visible, alors que celles-ci existent et ou alors elles sont ponctuelles ou éparses. On peut d'ailleurs admirer entre autre son portrait en compagnie de Sarah Bernhardt représente le théâtre d'Orange sur un des murs de la grande salle du restaurant "le train bleu" gare de Lyon, lieu classé monument historique.

Afin de commémorer ses actions et ses devoirs pour la France dont la liste est jointe, un minimum de reconnaissance officielle, je crois, serait un rachat de notre communauté.

Quand on vérifie les lieux où il vécut on est surpris de s'apercevoir que tout a disparu. Ils sont remplacés soit par des constructions plus récentes rue Fortuny (Paris 17), comme le 37 ( toujours à coté de Sarah Bernhardt, la maison de celle-ci était au 35) ou le 44, soit ont pris d'autres affectations, au 164 quai de Jemmapes, ancien lieu des établissements de Marbre dont la trace n'apparaît plus.

A la rigueur on pourrait évoquer le 26 du quai Jemmapes devenu boulevard Jules Ferry où il reste encore un immeuble en voies de végétation, à deux pas de l'endroit où le canal passe sous terre.

Par contre on trouve dans de nombreuses villes de l'Ouest des rues au nom du père de son petit-neveu Jean Sangnier dont le père était Marc Sangnier député de Paris, journaliste.

Des sculptures ont été réalisées par Monsieur J.B. Carpeaux (1868) ou de son père et par Monsieur D. Puech exposé dans la salle du conseil des chemins de fer.

Pour honorer son souvenir, donner son nom à une rue, élever une statue serait ce qu'il y a de plus visible et refléterait son image et son passé ou voire dévoiler une plaque commémorative, pour ce serviteur de la France.

Ce personnage est aussi l'arrière arrière-grand-oncle de Madame Marie Christine du Luart, ancien Maire de Saint Maurice-Montcouronnes (91) et Conseiller Régional de l'Ile de France.

Pour ce qui me concerne, je ne suis qu'un modeste citoyen Français qui essaie de faire vivre l'histoire à travers une association de généalogie, je suis à votre disposition pour de plus amples informations.

Je comprendrai volontiers que ceci ne soit pas autant porteur que les Arts Primitifs mais en ce passage de millénaire je sollicite votre attention quelques instants à cette suggestion.

Veuillez, Monsieur le Président, recevoir l'expression de ma considération la plus distinguée.

 

Le 20/06/2000


- à Monsieur le Premier Ministre.

Monsieur Lionel Jospin

Monsieur le Premier Ministre,

Avec tout le respect que je vous dois, Monsieur, Je commencerai par cette dédicace faite il y a 75 ans.

<< La presse a été unanime à dire quelle perte considérable le monde industriel, financier et commercial a faite en la personne de ce grand homme de bien qui, dans ces trois ordres de l'activité économique du pays, a occupé les situations les plus élevées et rendu les services les plus éminents.>>

C'était le 4/10/1925 lors des obsèques de Monsieur Stéphane DERVILLÉ (1848-1925).

Si je m'adresse à vous, c'est que vous êtes le suprême représentant du Gouvernement de la France et donc détenteur de la légitimité républicaine.

Je me présente, Michel Dervillé, Médecin, je me consacre à une biographie chronologique sur un homme célèbre à l'époque de 1893 - 1925, mais dont on ne trouve pas de trace visible, alors que celles-ci existent et ou alors elles sont ponctuelles ou éparses. On peut d'ailleurs admirer entre autre son portrait en compagnie de Sarah Bernhardt représente le théâtre d'Orange sur un des murs de la grande salle du restaurant "le train bleu" gare de Lyon, lieu classé monument historique.

Afin de commémorer ses actions et ses devoirs pour la France dont la liste est jointe, un minimum de reconnaissance officielle, je crois, serait un rachat de notre communauté.

Quand on vérifie les lieux où il vécut on est surpris de s'apercevoir que tout a disparu. Ils sont remplacés soit par des constructions plus récentes rue Fortuny (Paris 17), comme le 37 ( toujours à coté de Sarah Bernhardt, la maison de celle-ci était au 35) ou le 44, soit ont pris d'autres affectations, au 164 quai de Jemmapes, ancien lieu des établissements de Marbre dont la trace n'apparaît plus.

A la rigueur on pourrait évoquer le 26 du quai Jemmapes devenu boulevard Jules Ferry où il reste encore un immeuble en voies de végétation, à deux pas de l'endroit où le canal passe sous terre.

Par contre on trouve dans de nombreuses villes de l'Ouest des rues au nom du père de son petit-neveu Jean Sangnier dont le père était Marc Sangnier député de Paris, journaliste.

Des sculptures ont été réalisées par Monsieur J.B. Carpeaux (1868) ou de son père et par Monsieur D. Puech exposé dans la salle du conseil des chemins de fer.

Pour honorer son souvenir, donner son nom à une rue, élever une statue serait ce qu'il y a de plus visible et refléterait son image et son passé ou voire dévoiler une plaque commémorative, pour ce serviteur de la France.

Ce personnage est aussi l'arrière arrière-grand-oncle de Madame Marie Christine du Luart, ancien Maire de Saint Maurice-Montcouronnes (91) et Conseiller Régional de l'Ile de France.

Pour ce qui me concerne, je ne suis qu'un modeste citoyen Français qui essaie de faire vivre l'histoire à travers une association de généalogie, je suis à votre disposition pour de plus amples informations.

Je comprendrai volontiers que ceci ne soit pas d'une priorité majeure mais en ce passage de millénaire je sollicite votre attention quelques instants à cette suggestion.

Veuillez, Monsieur le Premier Ministre, recevoir l'expression de ma considération la plus distinguée.

Le 20/06/2000


- à Monsieur le Maire de Paris

Monsieur le Maire,

Avec tout le respect que je vous dois, Monsieur, Je commencerai par cette dédicace faite il y a 75 ans.

<< La presse a été unanime à dire quelle perte considérable le monde industriel, financier et commercial a faite en la personne de ce grand homme de bien qui, dans ces trois ordres de l'activité économique du pays, a occupé les situations les plus élevées et rendu les services les plus éminents.>>

C'était le 4/10/1925 lors des obsèques de Monsieur Stéphane DERVILLÉ (1848-1925).

Si je m'adresse à vous, c'est que vous êtes le premier représentant de la ville de PARIS.

Je me présente, Michel Dervillé, Médecin, je me consacre à une biographie chronologique sur un homme célèbre à l'époque de 1893 - 1925, mais dont on ne trouve pas de trace visible, alors que celles-ci existent et ou alors elles sont ponctuelles ou éparses. On peut d'ailleurs admirer entre autre son portrait en compagnie de Sarah Bernhardt représente le théâtre d'Orange sur un des murs de la grande salle du restaurant "le train bleu" gare de Lyon, lieu classé monument historique.

Afin de commémorer ses actions et ses devoirs pour la France et pour PARIS dont la liste est jointe, un minimum de reconnaissance officielle, je crois, serait un rachat de notre communauté.

Quand on vérifie les lieux où il vécut on est surpris de s'apercevoir que tout a disparu. Ils sont remplacés soit par des constructions plus récentes rue Fortuny (Paris 17), comme le 37 ( toujours à coté de Sarah Bernhardt, la maison de celle-ci était au 35) ou le 44, soit ont pris d'autres affectations, au 164 quai de Jemmapes, ancien lieu des établissements de Marbre dont la trace n'apparaît plus.

A la rigueur on pourrait évoquer le 26 du quai Jemmapes devenu boulevard Jules Ferry où il reste encore un immeuble en voies de végétation, à deux pas de l'endroit où le canal passe sous terre.

Par contre on trouve dans de nombreuses villes de l'Ouest des rues au nom du père de son petit-neveu Jean Sangnier dont le père était Marc Sangnier député de Paris, journaliste.

Des sculptures ont été réalisées par Monsieur J.B. Carpeaux (1868) ou de son père et par Monsieur D. Puech exposé dans la salle du conseil des chemins de fer.

Pour honorer son souvenir, donner son nom à une rue, élever une statue serait ce qu'il y a de plus visible et refléterait son image et son passé ou voire dévoiler une plaque commémorative, pour ce serviteur de la France.

Ce personnage est aussi l'arrière arrière-grand-oncle de Madame Marie Christine du Luart, ancien Maire de Saint Maurice-Montcouronnes (91) et Conseiller Régional de l'Ile de France.

Pour ce qui me concerne, je ne suis qu'un modeste citoyen Français qui essaie de faire vivre l'histoire à travers une association de généalogie, je suis à votre disposition pour de plus amples informations.

Je comprendrai volontiers que ceci ne soit pas une priorité majeure mais en ce passage de millénaire je sollicite votre attention quelques instants à cette suggestion.

Veuillez, Monsieur le Maire, recevoir l'expression de ma considération la plus distinguée.

Le 20/06/2000


Accueil/Histoire/journal/Association/Listes/Favoris/Contact/Retour en Haut/page1/page2/page2b/Messages

pour nous rejoindre écrire pour l'instant

à michel dervillé.