Accueil | Association | Journal | Histoire | Généalogie | Stéphane Dervillé | Liens | Personnel

Marathon des sables 2018

le départ aéroport de Marseille avec pour commencer une panne informatique bloquant l'enregistrement des bagages pour le vol marseille- Paris et rejoindre l'avion affrété spécialement pour les coureurs vers le Maroc.

-- -- -- -- -- --

 

1078 concurrents au départ pour 5 courses et la solidaire

Nous avons suivi 4 coureurs, en particulier

le N°0001 : Le Marocain Rachid EL MORABITY, bien connu

et l'équipe de Sol Aix Team, subventionée par "Soletanche Bachy", "Naït Up", "Alti Fers", "Geocean entrepose", "Poli"

 
     

de gauche à droite

N° 751 : Dervillé Baptiste

N° 752 : Ludovic Gros

N° 753 : Philippe Deri

  photo devant les panneaux avnt le départ

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Étape n°1 - 30,3 km

Le top départ du MARATHON DES SABLES a été donné ce matin à 9 h GMT : 977 concurrents se sont élancés sur les 30 km d’une première étape annonciatrice d’une superbe 33e édition.
Désormais, ce n’est plus seulement un rêve : les 977 concurrents au départ de la 33e édition du MARATHON DES SABLES se sont élancés ce matin à 9 h. Ce sont en effet 977 « visas » qui ont été délivrés hier soir à l’issue des contrôles. Si tous les favoris annoncés sont bien présents, quelques anonymes n’ont pu se présenter – blessures, maladies, empêchements professionnels… Et ils ont bien failli être 976 seulement au départ : malade, un concurrent suisse a été hospitalisé cette nuit, mais il a pu réintégrer le peloton et prendre le départ ce matin. Ovationné sur la ligne, le malheureux a pu comme ses camarades mesurer toute la difficulté de la tâche qui l’attend dans les prochains jours sur les 30 km de cette première étape.

« C’est génial, franchement, c’est… » Quelques minutes après son arrivée, Sabine DE MARNE (D 0779-FRA) n’arrive pas à terminer sa phrase. On ressent dans ces points de suspension l’émotion, l’émerveillement, la joie simple qu’un enfant pourrait ressentir après une super après-midi de jeux avec ses copains. Et c’est un peu ça le MARATHON DES SABLES : de grands gamins qui s’amusent, qui prennent un plaisir immense à parcourir ces étendues désertiques, animés par l’envie de savoir ce qui se cache derrière les dunes, mais aussi derrière la fatigue, derrière l’épuisement, derrière les limites de leur propre corps.

Et les limites arrivent vite dans les conditions extrêmes du désert : « J’ai des ampoules aux deux pieds, sous la voûte plantaire. J’ai dû marcher 15 km. Je vais me reposer un peu puis aller voir les Docs. » Le cas d’Amadou KONE (D 0976-FRA) n’est pas unique : Raphael BERNIGAUD (D 0827-FRA), après un premier MDS en 2003, a trouvé cette première étape « particulièrement difficile. J’ai été vite dans le dur, entre les dunes et les passages étouffants. J’ai dû freiner un peu plus que prévu. » Si certains concurrents ont été éprouvés, beaucoup, tel le Britannique Steven SHIPP (D 0608-GBR), n’ont pas perdu leur sens de l’humour : « Mon meilleur moment aujourd’hui ? Quand j’ai vu la ligne d’arrivée depuis le sommet des dunes ! » Plaisante-t-il deux minutes après son franchissement de l’arivée.

Du côté des favoris, les spectateurs qui suivent avec attention le MARATHON DES SABLES auront remarqué une étrange ressemblance entre le déroulement de cette première étape et de celle de l’année dernière. En début de course, les favoris marocains sont restés en retrait, laissant les Européens s’exprimer, tel Merile ROBERT (D 0954-FRA), parti en tête – « J’espère entrer dans le Top 10 à l’issue de la course, l’année dernière j’ai fait quatorzième. » Puis le talent et les capacités physiques des coureurs marocains, Rachid et Mohamed EL MORABITY (D 0001&D 0205-MAR) ont repris le dessus, avant qu’enfin dans les derniers hectomètres Rachid laisse s’envoler son petit frère vers la victoire.

Chez les femmes aussi la course s’est calquée sur 2017, l’impériale Natalia SEDYKH (D 0220-RUS) remplaçant la non moins impériale Elisabet BARNES, la titulaire du titre. Très affutée, la Russe a pris l’étape à son compte devant l’Américaine Magdalena BOULET (D 1019-USA), mais les écarts restent faibles : la course ne fait que commencer !

CLASSEMENTS ÉTAPE 1

3 premières femmes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CUMUL
1 220 Natalia SEDYKH RUS 2 :38 :47
2 1019 Magdalena BOULET USA 2 :43 :09
3 8 Bouchra ERIKSEN DEN 2 :47 :05

3 premiers hommes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CUMUL
1 205 Mohamed EL MORABITY TGCC MAR 2 :11 :30
2 1 Rachid EL MORABITY TGCC MAR 2 :11 :42
3 204 Abdelkader EL MOUAZIZ TGCC MAR 2 :13 :00

Pl. Dos Nom Equipe Sx Cat 5CP1 5CP2 5CP3 Temps Moy Par cat.

88. 751 DERVILLE Baptiste SOL AIX TEAM M 03:16:57 9,23

 

98. 752 GROS Ludovic SOL AIX TEAM M 03:21:58 9,00

 

85. 753 DERI Philippe SOL AIX TEAM M VH1 03:13:11 9,41 32

 

pas d'image de Ludovic

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Étape n°2 - 39 km

Si l’étape d’hier s’est avérée plutôt accessible, celle d’aujourd’hui a plongé les 976 concurrents au départ ce matin dans « l’enfer du désert » : beaucoup de sable, un énorme djebel à monter puis à descendre, et une chaleur étouffante due à une hygrométrie très élevée, et encore renforcée par le contraste avec la fraîcheur matinale. Cette accumulation de difficultés va causer de nombreux abandons dans la journée – on en comptait déjà 5 à 13 h, après 5 heures de course, dont l’une des favorites, Andrea HUSER (D 1017-SUI).


L’ÉTAPE DU JOUR : ÉTAPE 2
Distance : 39 km
Départ : 8 h
Délai : 11 heures 30 minutes
Description : davantage de sable que sur la première étape, une chaleur étouffante, et la descente du djebel mythique EL OTFAL
976 concurrents au départ
Température à 12 h : 25 °C (sous abri)
Hygrométrie à 12 h : 17,5%

Le point d’orgue de cette deuxième étape totalisant 39 km : le djebel EL OTFAL dont les concurrents vont descendre la mythique face sablonneuse. Si les plus aguerris se jettent à corps perdu dans cette impressionnante pente, faisant jaillir des gerbes de sable, les concurrents plus précautionneux mettront plusieurs dizaines de minutes à descendre pas à pas les 250 mètres de dénivelé de cette magnifique montagne, rôtis par un soleil impitoyable.

Sur le MARATHON DES SABLES, les habitués du camping ne se sentent pas trop dépaysés, mais ceux qui voyagent en hôtel 5* peuvent être un peu chamboulés… La vie sur le bivouac est un paramètre essentiel pour réussir son MDS, autant sur le plan sportif (récupération, alimentation…) que sur celui du plaisir (camaraderie, ambiance…). Et dans ce cadre très particulier, à 8 par tente berbère ouverte aux quatre vents, certains s’épanouissent réellement : « La camaraderie sous la tente est formidable, on est vraiment une famille », affirme Richard ELLIOT (D 0416-GBR). « Cette nuit s’est mieux passée que les deux premières nuits, où l’excitation d’être ici m’avait un peu perturbé. » Les feux, symboles de la réunion des hommes, crépitent sur le bivouac devant chaque tente, mais hier soir, au cœur du triple anneau de tente, c’est un immense feu de joie qui a réchauffé les âmes des 977 marathoniens des sables arrivés au bout de la première étape, un formidable moment de c
ommunion sous des milliers d’étoiles.

Du côté de la nourriture, les pratiques sont très variées entre ceux qui mangent chaud, froid, lyophilisé, mueslis… Sandra AMSTUTZ (D 0968-SUI) dénote un peu : « « Je prépare mon petit-déjeuner la veille au soir, en faisant tremper des graines tout la nuit. Et j’ai un petit stock de pruneaux. » Pendant les étapes, il est nécessaire de grignoter quelques victuailles : barres de céréales, fruits secs… Sucres rapides pour l’énergie immédiate et sucres lents pour l’énergie à plus long terme se combinent pour permettre à chacun d’aller au bout de l’étape sans subir de « coup de moins bien. »

Sur cette deuxième étape, Rachid EL MORABITY (D 0001-MAR) a véritablement fait parler la poudre : après un premier tiers groupé, le titulaire de 5 titres sur le MDS a accéléré et a creusé le trou sur la partie ascendante, son terrain de prédilection. Personne n’a pu rivaliser avec son rythme : à l’arrivée, il devançait son frère Mohamed de plus de 10 minutes. Cette tactique est chère à Rachid : montrer qui est le patron et s’octroyer par la même occasion un petit matelas d’avance qu’il pourra gérer sur les étapes restantes.

Chez les femmes, Natalia SEDYKH (D 0220-RUS), victorieuse de la première étape, a écopé d’une pénalité d’une heure pour défaut de matériel obligatoire. Malgré ce coup dur, elle reste persuadée qu’elle peut remporter l’épreuve, mais pour cela elle va devoir réellement s’employer.

Quelques réactions de l’élite :

Natalia SEDYKH (D 0220-RUS)
« C’était une belle étape, avec du sable, des cailloux, une montagne : le vrai MDS – merci aux organisateurs ! J’ai grimpé la montagne comme un singe, à quatre pattes – une expérience intéressante… La concurrence ? Ma concurrente la plus coriace, c’est moi-même. Je vais devoir me donner à fond jusqu’à la fin. »

Merile ROBERT (D 0954-FRA)
« J’ai fait les 7 premiers kilomètres en tête de course – quel plaisir de faire la trace ! À la fin du parcours, Aziz m’a rattrapé et au lieu de me doubler, il a eu la gentillesse de rester avec moi jusqu’à la banderole et de me prendre la main pour qu’on termine ensemble : quel merveilleux souvenir ça va me faire ! »

Magdalena BOULET (D 1019-USA)
« L’étape était très belle, mais l’ascension de la montagne a été difficile. Par contre, quel régal dans la descente : c’était une première pour moi de descendre une telle dune de sable, et je me suis amusée comme une folle. »

CLASSEMENT ÉTAPE 2

3 premières femmes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CHRONO
1 220 Natalia SEDYKH RUS 03 :56 :08
2 1019 Magdalena BOULET USA 04 :04 :48
3 8 Bouchra ERIKSEN DEN 04 :16 :08

3 premiers hommes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CHRONO
1 1 Rachid EL MORABITY TGCC MAR 03 :04 :01
2 205 Mohamed EL MORABITY TGCC MAR 03 :14 :36
3 204 Abdelkader EL MOUAZIZ TGCC MAR 03 :15 :16

CLASSEMENT GÉNÉRAL APRÈS L’ÉTAPE 2

3 premières femmes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CUMUL
1 1019 Magdalena BOULET USA 06 :47 :57
2 8 Bouchra ERIKSEN DEN 07 :03 :13
3 433 Gemma GAME GBR 07 :14 :49

3 premiers hommes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CUMUL
1 1 Rachid EL MORABITY TGCC MAR 05 :15 :43
2 205 Mohamed EL MORABITY TGCC MAR 05 :26 :06
3 204 Abdelkader EL MOUAZIZ TGCC MAR 05 :28 :16

Pl. Dos Nom Equipe Sx Cat 5CP1 5CP2 5CP3 Temps Moy Par cat.

69. 751 DERVILLE Baptiste SOL AIX TEAM M 08:04:03 8,59

 

127. 752 GROS Ludovic SOL AIX TEAM M 08:46:20 7,90

 

107. 753 DERI Philippe SOL AIX TEAM M VH1 08:32:10 8,12 43

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Étape n°3 - 31,6 km

Les visages des 965 concurrents au départ de la troisième étape du MARATHON DES SABLES, ce matin à 8 h 30 au cœur du Sahara marocain, étaient marqués. La chaleur ? Le manque de confort ? La fatigue ? La nourriture insuffisante ? Peut-être un peu de tout ça, mais aussi et surtout la terrible nuit qu’a vécu le bivouac du 33e MDS. Vers 23 h, une véritable tempête a commencé à balayer le désert, emportant tout ce qui n’était pas solidement fixé au sol. Sous leurs tentes berbères, les concurrents ont serré les dents, au sens figuré mais aussi au sens propre, pour ne pas avaler trop de sable… Cette manifestation de la puissance de la nature a duré plus de quatre heures, des heures prélevées sur le précieux temps de repos des participants, déjà bien usés par les deux premières étapes.

L’ÉTAPE DU JOUR : ÉTAPE 3
Distance : 31,6 km
Départ : 8 h 30
Délai : 10 h 30
Description : une étape difficile et sublime à la fois, avec une succession de passes sablonneuses, de crêtes, d’ascensions, et de nouveau le djebel EL OTFAL, à la montée cette fois
965 concurrents au départ
Température à 12 h GMT : 27,5°C (sous abri)
Hygrométrie à 12 h GMT : 14,4%

Le MARATHON DES SABLES, trail ou pas trail ? Bien sûr que oui, et l’étape du jour le démontre largement : 7 km de crêtes acérées, de la rocaille et du caillou, une ascension de 250 mètres de dénivelé dans un sable avec un final rocailleux où une corde fixe aide les concurrents à se hisser au sommet… Le Sahara n’a rien d’un désert nu où les paysages se ressemblent à perte de vue ; à chaque pas de nouvelles perspectives prennent forme, permettant à l’esprit de s’évader et aux mémoires de se remplir d’incroyables instantanés qui dureront toute une vie…

Une chaleur intense, l’impression de marcher et de courir dans un four géant…
Le mercure n’en finit pas de monter sur le MARATHON DES SABLES, presque autant que le parcours de cette troisième étape - un cran de plus dans la difficulté.

Royal, le trio de Marocains Rachid EL MORABITY (D 0001-MAR), Mohamed EL MORABITY (D 0205-MAR) et Abdelkader EL MOUAZIZ (D0204-MAR) domine l’épreuve de la tête et des jambes. Les trois hommes de l’équipe TGCC gèrent parfaitement leur course d’équipe qui va selon toute logique mener Rachid EL MORABITY vers sa sixième victoire, comme il l’indiquait à son arrivée : « On a fait une bonne stratégie - prendre la tête sans trop forcer pour garder l’énergie pour l’étape longue de demain. Nous sommes partis tranquillement jusqu’au deuxième CP, puis j’ai augmenté mon rythme. Aujourd’hui il a fait plus chaud qu’hier mais nous, on aime bien cela… » Mohamed, le petit frère, confirme : « L’objectif, c’est de bien tenir, ne pas se blesser. Pour l’instant on se repose avant un départ dans 24 heures. »

Victorieuse de sa troisième étape d’affilée, Natalia SEDYKH (D 0220-RUS), elle, ne se repose pas pour autant sur ses lauriers, puisqu’à cause de sa pénalité d’une heure (défaut de matériel obligatoire le premier jour), elle ne pointe qu’en cinquième position au général : « Cette étape a été très dure mais très intéressante. Comme je le dis souvent, je garde un esprit positif. La dernière ligne droite était longue et la température très chaude. J’avoue que je n’ai pas vraiment eu le temps de regarder le paysage qui était pourtant magnifique m’a-t-on dit ! »

Le premier Français, Merile ROBERT (D 0954-FRA), se hisse à une superbe quatrième place au général à l’issue de l’étape 3. Si son objectif était un Top 10, il est lui-même surpris de se retrouver si haut dans le classement : « L’étape était dure aujourd’hui, beaucoup de dénivelé, de descentes très techniques. Pourtant j’arrive avec les Marocains, ce qui est pour moi très étonnant. J’ai même fait quelques kilomètres en tête, seul, mais je sais que les Marocains m’ont laissé partir avant de me rattraper quand ils l’ont souhaité. » Il se dégage de cette course masculine comme un petit air de jeu du chat et de la souris…

CLASSEMENT ÉTAPE 3

3 premières femmes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CHRONO
1 220 Natalia SEDYKH RUS 03 :28 :27
2 1019 Magdalena BOULET USA 03 :33 :45
3 8 Bouchra ERIKSEN DEN 03 :39 :13

3 premiers hommes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CHRONO
1 1 Rachid EL MORABITY TGCC MAR 02 :36 :20
2 205 Mohamed EL MORABITY TGCC MAR 02 :37 :32
3 204 Abdelkader EL MOUAZIZ TGCC MAR 02 :40 :43

CLASSEMENT GÉNÉRAL APRÈS L’ÉTAPE 3

3 premières femmes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CUMUL
1 1019 Magdalena BOULET USA 10 :21 :42
2 8 Bouchra ERIKSEN DEN 10 :42 :26
3 433 Gemma GAME GBR 11 :01 :52

3 premiers hommes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CUMUL
1 1 Rachid EL MORABITY TGCC MAR 07 :52 :03
2 205 Mohamed EL MORABITY TGCC MAR 08 :03 :38
3 204 Abdelkader EL MOUAZIZ TGCC MAR 08 :08 :59

Pl. Dos Nom Equipe Sx Cat 5CP1 5CP2 5CP3 Temps Moy Par cat.

60. 751 DERVILLE Baptiste SOL AIX TEAM M 11:52:50 8,49

 

121. 752 GROS Ludovic SOL AIX TEAM M 12:51:53 7,84

 

144. 753 DERI Philippe SOL AIX TEAM M VH1 13:12:33 7,64 59

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Étape n°4 la longue avec arrivée nocturne - 82,6 km

début du suivi de la course étape 4, à 14h20 le avril 2018

avec le déroulement desdifférents pointages suivants successifs :

14h20 - 3h50 de course - 30.6km distance parcourrues à 8km/h

14h35 - 4h05 - 30.6km - 7km/h

14h55 - 4h25 - 36,8km - 8km/h

15h20 - 4h50 - 39.7km - 8km/h - placé en cours 6 ième et en tête M. Faraj, Marocain, n°900 à 9km/h

15h50 - 5h20 - 41.3km - 8km/h

16h15 - 5h45 - 43.1km - 7km/h - placé 7 ième

16h30 - 6h - 46,9km - 8km/h

16h44 - 6h14 - 49.2km - 8km/h placé 10 ième (5 anglais, 3 espagnol, 1 USA et 1 allemand sont devant)

17h04 - 6h34 - 49.9km - 8km/h placé 6 ième (3 anglais dont le N°695, 1 USA)

17h24 - 6h54 - 49.9 km - 7km/h - placé 7 ou 8 ième

18h04 - 7h34 - 58.9km - 8km/h - placé 6ième

18h24 - 7h44 - 58,9km - 8 km/h - placé 4 ième

18h39 - 7h54 - 58,9km - 7km/h - placé 5 ième (1 espagnol 2 anglais 1 Marocain)

le N° 1 se rapproche

18h54 - 8h19 - 61,9km - 7km/h - placé 6ième, le N° 0001, Rachid EL MORABITYest passé et le Français 104 Patrice Varenne

19h09 - 8h24 - 61,9km - 7km/h - placé 6 ième

19h19 - 8h49 - 64,8km - 7km/h - placé 9ième, le N°205 Mohamed EL MORABITY frère du N°0001 Rachid EL MORABITY est passé, (2 Français ??, et le N°0001 Rachid EL MORABITY à 8km/h)

19h39 - 9h09 - 64,8km - 7km/h - placé 8 ième, Le N°0001, Rachid EL MORABITY passe en tête

19h54 - 9h24 - 66,2km - 7km/h - placé 7 ou 8 ième toujours premier Français !

20h09 - 9h39 - 68,4km - 7km/h - placé 7 ou 8ième

20h24 - 9h54 - 68,4km - 7km/h - placé 11ième

20h39 - 10h09 - 72,5km - 7 km/h placé 10ième

20h53 - 10h23 - 73,3km - 7km/h

21h03 - 10h30 - 76 km - 7km/h placé 14ième

21h23 - 10h50 - 76km - 7km/h

21h33 - 11h - 76km - 7km/h - placé 20 ou 21ième

de 21h53 à 22h48 - 11h20 - 86,2 km - 7km/h cela ne bouge plus, il est donc arrivé

il est indiqué sur un premier tableau, 18ième en 8h38 de course sur les 86,2km à 7km/h de moyenne de l'étape 4, il fait nuit.

Sur le 33e MARATHON DES SABLES, faire cause commune est une excellente idée pour traverser avec succès la nuit de l’étape longue. Car lorsque l’on se retrouve au kilomètre 50, peu après le Check Point n°5, au milieu des dunes, que la nuit tombe, qu’un vent de tous les diables balaie tout sur son passage, et qu’il reste 36 km à parcourir, un camarade de course peut s’avérer d’un grand secours. Ça a été le cas pour le Français Jérôme GERMAIN (D 0835-FRA) : « Sur les deux derniers CP, j’ai rencontré des Anglais. Nous nous sommes mis à la file indienne, et nous nous sommes relayés toutes les minutes, pour se protéger mutuellement du vent et du sable. » Même configuration pour Ali ZAGHLOUL (D 1025-MAR), le plus jeune concurrent (16 ans), qui participe avec son père Mehdi : « J’ai couru tout le long avec mon père, et c’est cool. Je l’ai bien motivé quand ça allait moyen, et ensuite s’est lui qui m’a encouragé. » Belle illustration de la maxime « à deux on est plus fort. »


L’ÉTAPE DU JOUR : ÉTAPE 4 « LA LONGUE »
Distance : 86,2 km
Départ : hier à 8 h 15 pour le peloton et à 11 h 15 pour les 50 premiers hommes et 5 premières femmes
Délai : 35 heures
Description : cette année, la Longue est extrêmement variée, proposant des traversées de plaines roulantes, des cordons de dunes, des ascensions, et même de la végétation !
961 concurrents au départ
Température à 14 h : 26,5°C (sous abri)
Hygrométrie à 14 h : 17%

Les derniers concurrents sont attendus sur le bivouac pour 18 h (GMT), et bonne nouvelle : on dénombre seulement 25 abandons sur l’étape longue, un record ! Depuis le début de l’épreuve, seuls 41 concurrents se sont résolus à l’abandon, soit 4,2% du peloton initial, et ce pourcentage ne devrait guère augmenter, car une fois que l’étape longue est passée, le plus dur est fait.

La course élite femmes
C’est ce que l’on appelle « jouer son va-tout » : la Russe Natalia SEDYKH (D 0220-RUS) a pris tous les risques hier lors de l’étape longue pour rattraper les 40 minutes de retard qu’elle avait sur l’Américaine Magdalena BOULET (D 1019-USE). C’était le seul moyen qu’elle avait de reprendre la tête au général, et elle le savait parfaitement. En tête pendant 25 km, elle a craqué, et rend finalement plus de deux heures de retard à l’Américaine. Celle-ci a parfaitement géré son étape et a accru son avance sur ses poursuivantes. L’étape marathon de demain (42 ,2 km) sera décisive : les écarts entre les trois premières femmes (Magdalena BOULET, Bouchra ERIKSEN, Gemma GAME) restent de quelques minutes, et tout peut encore basculer en cas de défaillance.

La course élite hommes
Rachid EL MORABITY (D0001-MAR) enfonce le clou : auteur d’une course parfaite sur l’étape longue hier, il ne lui aura fallu que 8 h 12 mn (10,6 km/h de moyenne) pour avaler les 86,6 km d’un parcours dantesque, sous un soleil pesant, avec un vent de sable violent sur les derniers kilomètres. D’entré, Rachid est parti seul, laissant sur place tous ses adversaires, y compris son petit-frère, à qui il faudra 21 mn de plus pour terminer l’étape. La grande surprise du jour vient du Français Mérile ROBERT (D0954-FRA), qui a réussi une incroyable étape – lui-même n’y croyait guère sous la banderole d’arrivée. Il a en effet réussi le tour de force de finir l’étape en troisième position, derrière Mohamed, et devant le Lituanien Gediminas GRINIUS (D1018-LTU), star de l’Ultra-Trail World Tour. Au général, si les deux premières places restent propriété des frères EL MORABITY, c’est Mérile ROBERT qui s’octroie la troisième grâce à cette superbe étape longue. Les écarts
ne sont pas énormes, mais il semble désormais improbable, hors énorme défaillance, que le Top 3 change d’ici demain soir.

CLASSEMENT ÉTAPE 4

5 premières femmes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CHRONO
1 1019 Magdalena BOULET USA 10 :29 :58
2 8 Bouchra ERIKSEN DEN 11 :22 :36
3 433 Gemma GAME GBR 11 :29 :00
4 124 Emily KRATZ USA 12 :08 :49
5 946 Jacqueline MARIASH USA 12 :24 :15

5 premiers hommes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CHRONO
1 1 Rachid EL MORABITY TGCC MAR 08 :12 :05
2 205 Mohamed EL MORABITY TGCC MAR 08 :33 :52
3 954 Merile ROBERT GROUPAMA DESERT TEAM 1 FRA 08 :43 :35
4 1018 Gediminas GRINIUS TEAM GAMAN / UTWT LTU 08 :59 :21
5 204 Abdelkader EL MOUAZIZ TGCC MAR 09 :19 :09

CLASSEMENT GÉNÉRAL APRÈS L’ÉTAPE 4

5 premières femmes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CUMUL
1 1019 Magdalena BOULET USA 20 :51 :40
2 8 Bouchra ERIKSEN DEN 22 :05 :02
3 433 Gemma GAME GBR 22 :30 :52
4 220 Natalia SEDYKH URS 23 :47 :31
5 293 Anna Marie WATSON GBR 24 :24 :21

5 premiers hommes*

CLT DOS COUREUR EQUIPE NAT CUMUL
1 1 Rachid EL MORABITY TGCC MAR 16 :04 :08
2 205 Mohamed EL MORABITY TGCC MAR 16 :37 :30
3 954 Merile ROBERT GROUPAMA DESERT TEAM 1 FRA 17 :07 :55
4 204 Abdelkader EL MOUAZIZ TGCC MAR 17 :28 :08
5 1018 Gediminas GRINIUS TEAM GAMAN / UTWT LTU 17 :58 :58

Pl. Dos Nom Equipe Sx Cat 5CP1 5CP2 5CP3 Temps Moy Par cat.

54. 751 DERVILLE Baptiste SOL AIX TEAM M 24:10:38 7,74

 

106. 752 GROS Ludovic SOL AIX TEAM M 26:36:24 7,03

 

217. 753 DERI Philippe SOL AIX TEAM M VH1 30:05:00 6,22 89
     

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Étape n°5 de 42.2 km

Baptiste 13h21 Philippe  
2h51   4h21  
27,7km   32,5km  
10km/h   7km/h  
  13h36    
3h06   4h36  
29km   33,9km  
9km/h   7km/h  
  13h51    
3h21   4h51  
30,6km   35,7km  
9km/h   7km/h  
  14h26 5h11  
    39,1km  
    8km/h  
4h11 14h41    
38,4km      
9km/h      
  14h56    
4h21   5h21  
42,2km   42,2km  
9km/h   8km/h  
--

-cliquez pour agrandir

pas d'image finale pour Ludovic Gros car l'appli n'était pas fonctionnelle par contre ici le résultat de son arrivée étape 5.

En image par capture d'écran

Arrivée de Baptiste Étape 5 de face de dos et en compagnie du N° 752 Ludovic sur la droite, ils conversent.

classement général

Pl. Dos Nom Equipe Sx Cat 5CP1 5CP2 5CP3 Temps Moy Par cat.

Baptiste

55. 751 DERVILLE Baptiste SOL AIX TEAM M 28:43:11 7,98

Ludovic

102. 752 GROS Ludovic SOL AIX TEAM M 31:11:38 7,35

Philippe

218. 753 DERI Philippe SOL AIX TEAM M VH1 35:27:45 6,47 90

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Étape n° 6 de solidarité hors classement 7.7 km

La solidarité au coeur du 33ème MARATHON DES SABLES

Le partage, l’entraide et la solidarité permettent au MARATHON DES SABLES de développer des actions d’aides sociales pour les enfants et les femmes de Ouarzazate. Visite ce dimanche du futur centre en construction.
Au MARATHON DES SABLES, la solidarité n’est pas un vain mot : ce dimanche matin, en guise de conclusion de la 33e édition de l’épreuve mythique, les officiels dont le Gouverneur de la Province de Ouarzazate, la presse, les partenaires, les bénévoles et quelques concurrents étaient rassemblés à la sortie de la ville. Ces quelques 60 personnes ont pu visiter le centre en construction de l’association Solidarité Marathon des Sables, un centre destiné à accueillir femmes et enfants dans le cadre de programmes d’alphabétisation (FÉMMISSIMA), d’initiation à l’informatique, et de pratique sportive (SPORT EVEIL ACADÉMIE).

Ce centre, qui sera propriété de l’association, a pour vocation de remplacer celui actuellement en location afin d’alléger les coûts de fonctionnement (45 k€ par an, salaires des encadrants inclus). D’un budget total de 200 k€, la construction du centre est financée par les généreux donateurs, touchés par l’action concrète de l’association, et séduits par les valeurs du MARATHON DES SABLES. Ici comme ailleurs, ce sont les petits ruisseaux qui forment les grandes rivières, et les plus petites contributions (à partir de 30 € par an) côtoient les gros dons – 50 k€ pour TGCC, 50 k€ pour Hicham EL GUERROUJ, ou encore 105 k€ de la part de l’association monégasque Children & Future.

Dans les rues de Ouarzazate, les concurrents se sont transformés en touristes. Ils déambulent doucement dans les rues, voire très doucement. Les démarches ne sont certes pas toutes assurées, mais les visages se ressemblent tous : ils ont « le smile » aux lèvres, ils savent qu’ils ont accompli quelque chose de grand : « Ça y est c’est fini. Ravi de cette course, de cette expérience. Ça a certainement été la chose la plus difficile que j’ai faite de ma vie, mais aussi la plus belle. On passe par des moments horribles, puis magnifiques, des doutes, des hauts, des bas, et on repart. L’organisation est juste impeccable. Je n’ai jamais vu cela » avoue Richard HICK (D 0471-GBR). L’épreuve terminée, les concurrents ont l’esprit libéré et se confient plus facilement, telle Sabine DE MARNE (D 0779-FRA) : « Ça a été une semaine incroyable, un changement de vie. J’en avais rêvé mais en réalité ça a été beaucoup plus beau que ce que j’attendais. » Et puis encore et toujours
reviennent les témoignages sur les marques d’entraide, de solidarité. Nicolas MAURE (D 0016-FRA) a « fait de supers rencontres, notamment avec un gars rencontré sur la longue. On a parlé pendant huit heures, on s’est raconté nos vies, on a sympathisé, on s’est boostés alors qu’on ne se connaissait pas. Je ne l’ai pas revu depuis. Je ne reverrai peut-être jamais. Mais c’est comme ça, c’était cool ! »

Le MDS ? Une expérience de vie à nulle autre pareille – l’essayer, c’est l’adopter. Les 934 concurrents à l’arrivée du 33e MARATHON DES SABLES ne s’y sont pas trompés.

Accueil | Association | Journal | Histoire | Généalogie | Stéphane Dervillé | Liens | Personnel